le rayon rose

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

le rayon rose

Message par tirael le Lun 22 Avr - 7:54

LE RAYON ROSE
Le rayon rose parcourt le corps entier en suivant les nerfs ; il est
certainement la vie du système nerveux ; c'est la vitalité spécialisée qu'un
homme peut sans peine déverser dans un autre homme à qui elle fait
défaut. Si les nerfs ne reçoivent pas en abondance cette lumière rose ils
deviennent sensitifs et extrêmement irritables ; c'est à peine si le patient
peut conserver la même position, mais sans trouver beaucoup de
soulagement s'il en prend une autre. Le moindre bruit, le moindre contact
est pour lui un supplice et ses souffrances sont aiguës. Le prâna spécialisé
par une personne bien portante vient-il inonder ses nerfs, le soulagement
est immédiat ; un sentiment de guérison et d'apaisement descend sur le
patient. Un homme de santé robuste absorbe et spécialise en général
une quantité de vitalité si supérieure à celle dont son propre corps a besoin,
qu'il émet constamment un torrent d'atomes rosés et ainsi, répand la force
sur ses frères plus faibles sans aucune perte pour lui-même ; il peut encore,
par un effort de volonté, rassembler ce surplus d'énergie et l'envoyer
intentionnellement à une personne qu'il veut assister.
Le corps physique possède en propre une certaine conscience aveugle
et instinctive appelée quelquefois l'élémental physique ; dans le monde
physique il correspond à l'élémental du désir dans le corps astral. Cette
conscience cherche toujours à mettre son corps à l'abri d'un danger ou à lui
procurer tout ce qui peut lui être nécessaire ; elle est absolument distincte
de la conscience de l'homme lui-même et reste également active quand,
pendant le sommeil, l'ego est absent du corps physique. Tous nos
mouvements instinctifs lui sont dus et c'est grâce à son activité que le
fonctionnement du grand sympathique se poursuit incessamment sans que
nous y pensions, sans même que nous le sachions.
Lorsque nous sommes éveillés – comme nous disons – cet élémental
physique est perpétuellement sur la défensive ; sa vigilance est constante et
il maintient les nerfs et les muscles toujours tendus ; pendant la nuit, ou chaque fois que nous dormons, il leur permet de se détendre ; il s'occupe
alors spécialement de l'assimilation de la vitalité et de la reconstitution du
corps physique ; il le fait avec le plus de succès dans la première partie de
la nuit, parce qu'alors la vitalité abonde, tandis que, immédiatement avant
le lever du jour, la vitalité que nous a laissée le soleil est à peu près
complètement épuisée. D'où le sentiment de relâchement et
d'engourdissement éprouvé dans les heures qui suivent minuit ; C'est aussi
pourquoi les malades succombent si souvent à ce moment particulier. La
même idée se retrouve dans le vieux proverbe suivant lequel une heure de
sommeil avant minuit vaut deux heures de sommeil plus tard.
Le travail de cet élémental physique permet d'expliquer la
puissante influence récupératrice du sommeil, influence qui peut souvent
se remarquer même après un instant d'assoupissement.
La vitalité est vraiment la nourriture du double éthérique et lui est tout
aussi nécessaire que le sont à la partie plus grossière du corps physique les
aliments matériels. Aussi, quand le centre splénique ne peut, pour une
raison quelconque (telle que maladies, fatigue ou extrême vieillesse)
préparer la vitalité qui doit nourrir les cellules du corps, cet élémental
physique essaie d'accaparer la vitalité déjà préparée dans les corps
d'autrui ; voilà pourquoi nous nous trouvons souvent faibles et épuisés,
après avoir été assis près d'une personne dont la vitalité fait défaut : elle
nous a soutiré les atomes rosés avant que nous n'ayons pu en extraire
l'énergie.
Le règne végétal absorbe aussi cette vitalité, mais en général, ne
semble en employer qu'une partie. Beaucoup d'arbres lui empruntent
presque exactement les mêmes principes que le fait la partie supérieure du
corps éthérique humain ; aussi, quand ils les ont employés suivant leurs
besoins, les atomes rejetés par eux sont précisément les atomes chargés de
la lumière rose nécessaire aux cellules du corps physique de l'homme.
Citons en première ligne des arbres comme le pin et l'eucalyptus ; leur
simple présence dans le voisinage donne par conséquent la santé et la force
à ceux qui souffrent parce qu'ils manquent de cette partie du principe
vital : nous les appelons les gens nerveux – nerveux parce que les cellules
de leurs corps ont faim : les nourrir est le seul moyen de calmer la
nervosité et la meilleure manière de le faire est souvent de mettre ainsi à
leur disposition la variété spéciale de vitalité dont ils ont besoin.
avatar
tirael
Membre

Messages : 68
Date d'inscription : 24/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum